Que dois-je savoir sur le virus de la variole du singe ?

Les agents pathogènes de la variole du singe sont originaires d’Afrique occidentale et centrale. Dans des pays comme l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Espagne, le Portugal, l’Italie, la République tchèque, les États-Unis et le Canada, les infections se sont multipliées.

La maladie est en fait surtout transmise par des rongeurs comme les rats et les écureuils et n’est appelée variole du singe que parce qu’un virologue a identifié le virus pour la première fois chez un singe dans les années 50.

Entre-temps, de plus en plus de maladies sont détectées chez l’homme. Pour l’homme, la variole du singe est jusqu’à présent une maladie rare qui évolue généralement de manière bénigne.

Quels sont les symptômes de la variole du singe ?

Les symptômes sont une éruption cutanée typique de la variole, qui commence généralement sur le visage et s’étend ensuite à tout le corps.

Les lésions cutanées passent par différents stades, comme pour la varicelle, et les croûtes finissent par tomber. La fièvre et le gonflement des ganglions lymphatiques s’y ajoutent généralement. Si l’on constate ces symptômes chez soi, une consultation médicale s’impose.

Attention : les croûtes tombées sont également infectieuses. Des cicatrices cutanées peuvent subsister. Dans de rares cas, une infection oculaire peut survenir, entraînant éventuellement une cécité. Si l’on est vacciné contre la variole (la vaccination obligatoire a pris fin en Allemagne dans les années 80), on est immunisé.

Doit-on mettre en quarantaine les personnes atteintes de variole du singe ?

En Allemagne, il existe une recommandation de quarantaine, en Belgique une obligation de quarantaine en cas de maladie (actuellement 21 jours). La transmission peut se faire d’homme à homme ou d’animal à homme. Dans le cas de l’homme à l’homme, la transmission ne se fait pas par infection par gouttelettes comme dans le cas de Corona, mais par contact cutané étroit ou par des liquides corporels, elle peut donc également se faire par voie sexuelle.

Actuellement, c’est surtout la variante d’Afrique de l’Ouest qui sévit, avec un risque extrêmement faible d’évolution fatale. Les personnes immunodéprimées sont particulièrement exposées. Les infections virales sont traitées de manière symptomatique. Un boost du système immunitaire avec de la vitamine D3, du K2-MK7, du citrate de magnésium et éventuellement du sélénium, du zinc et de l’ester de vitamine C est en tout cas recommandé.

Existe-t-il un médicament contre la variole du singe ?

L’hygiène des mains est très importante. Il existe un médicament, le Tecovirimat, et un vaccin, l’Imvanex, qui est autorisé pour la variole du singe et qui protège même après une exposition (maladie) immédiate.